12
Apr
2019
0

La guerre des parrains corses (suite): les héritiers au pouvoir

Mon collègue (et ami) Jacques Follorou, journaliste d’investigation au Monde publie ces jours-ci “Parrains corses: la guerre continue, au coeur du système mafieux” chez Plon.

Il s’agit de la version actualisée et enrichie de son précédent livre “La guerre des parrains corses” paru en 2013 chez Flammarion, qui faisait déjà suite à notre ouvrage écrit en commun “Les parrains corses”, publié en 2004 et actualisé en 2009.

En réalité, voilà plus de 15 ans que Jacques Follorou enquête sur ce sujet sensible, celui de la criminalité organisée corse qu’il faut bien appeler une mafia, tant elle empoisonne la société corse et menace notre démocratie. Un travail de fourmi, précis, documenté, mis à jour plusieurs fois et enrichi au fur et à mesure des affaires, des règlements de compte, des séjours sur place et d’un accès à des sources variées.

Nous avions, en 2004, raconté l’histoire, l’essor et l’impunité de cette criminalité organisée corse, que ce soit depuis Marseille dans les années 1920-1970 puis dans l’île depuis le début des années 80. L’ampleur de ce phénomène était alors sous-estimé et la mot “mafia” que nous avions employé choquait certains esprits aveugles.

Depuis lors, le phénomène mafieux – qui a des spécificités corses, loin des “modèles” italiens – n’a cessé de se développer. Et la mafia corse, comme le révèle Jacques Follorou dans son dernier opus, dispose désormais de nouveaux leviers économiques et politiques puissants.

De la lecture de “Parrains corses: la guerre continue”, il ressort, à mon sens, quelques points saillants:

-les règlements de comptes qui ont émaillé ces dix dernières années témoignent d’une rivalité sanglante de clans corses, qui est loin d’être achevée. Le système qui avait longtemps “tenu” l’île – à savoir le clan du “parrain” Jean-Jé Colonna dans le sud de l’île et le clan dit de la Brise de mer dans le nord – s’est bien effondré avec la mort de Jean-Jé en novembre 2006, suivie d’une guerre fratricide au sein de la Brise de mer, qui avait pourtant résisté jusque-là à plusieurs décennies de soubresauts. Aujourd’hui, plusieurs clans se disputent le contrôle de certains territoires et marchés (drogue, racket, marchés publics, sports, médias, etc). Le clan dit du Petit Bar, du nom d’un bar d’Ajaccio où ses figures se réunissaient, semble prendre de l’ampleur dans le sud, avec d’importants appuis, dans le monde économique.

Les fils des anciens parrains montent en puissance, avec les mêmes réflexes, la même violence, le même appétit féroce que leurs aînés. Certains mènent à bien des véritables vendettas, des vengeances personnelles, qui s’apparentent à une fuite en avant criminelle. Les parcours de certains d’entre eux – comme les fils de Francis Guazzelli, ou le fils de Francis Mariani, deux piliers de la Brise de mer – sont détaillés et documentés dans le livre. Ils semblent être les héritiers et les acteurs d’une histoire déjà lourde. Et ce n’est visiblement pas fini.

-L’impunité perdure. On s’interroge, au fil des pages, sur le sort de certaines procédures dans l’impasse, sur des complicités – parfois incroyables – dont certains parrains semblent bénéficier, que ce soit en Corse, en métropole et jusqu’en Afrique où certaines figures du crime organisé corse ont des amis influents qui les protègent. Mais le livre met aussi en lumière la complexité des enquêtes – notamment criminelles ou financières -pour établir des preuves judiciaires. Il remet aussi en perspective les atermoiements permanents de l’Etat sur le sujet, la difficulté d’adopter enfin un vrai statut pour les repentis qui commencent à parler.

A l’arrivée, c’est un morceau du territoire qui est gangrené, son tissu économique infiltré, ses réseaux politiques instrumentalisés, la démocratie menacée par ce pouvoir souterrain. Triste constat.

 

Pour en savoir davantage sur le livre, écouter l’émission de RTL L’heure du crime, du 11 avril 2019, avec Jacques Follorou. Ou retrouver le livre sur le site de Plon.

Par ailleurs, France 2 a diffusé le 9 avril au soir un documentaire intitulé “Narcotrafic, la nouvelle guerre”, retraçant l’histoire du trafic de drogue, avec des figures historiques, dont les Guérini à Marseille dans les années de la French Connection, Escobar en Colombie et El Chapo au Mexique. Un documentaire où j’intervenais notamment sur les Guérini et la French connection, initiés par les parrains corses…

You may also like

Le retour des Parrains corses, sur Arte le 7 février

Leave a Reply