V 13

V13

 

Série documentaire en 5 épisodes (5x 52′) de Théo Ivanez et Vincent Nouzille

Produite par Kuiv, première diffusion sur LCP prévue à partir du 27 septembre 2021, un épisode par soir, suivi d’un débat quotidien (voir ici tous les épisodes sur le site de LCP et voir ici la présentation de la série)

13 novembre 2015 : des attentats ensanglantent Paris et plongent la France dans un état de sidération et de terreur, tuant 131 personnes et en blessant des milliers.

8 septembre 2021 : 14 accusés commencent à comparaître devant des juges, pour le plus grand procès pour terrorisme que la France ait connu, avec près de 1800 parties civiles, 300 avocats et des médias du monde entier.

« V13 », c’est le récit détaillé de l’enquête titanesque sur les attentats et les coulisses du procès historique qui s’ouvre le 8 septembre 2021 à Paris.  De la traque manquée du coordinateur des attentats courant 2015 jusqu’aux ultimes préparatifs de l’audience, la série dévoile six ans de travail acharné des enquêteurs, des juges d’instruction, des procureurs et de tous ceux qui vont participer à ce procès.

De manière exceptionnelle, magistrats, policiers, victimes, avocats, journalistes et responsables politiques témoignent de leur quête de vérité et de justice.

Episode 1: “Ce que nous redoutions depuis longtemps”

L’enquête sur les attentats du 13 novembre a réellement débuté dès le début de l’année 2015, avec l’identification du djihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, considéré comme très  dangereux. Les services de renseignement le traquent sans parvenir à l’arrêter avant que ses commandos passent à l’action.

Episode 2: “Retrouver qui a fait quoi, comment et pourquoi”

Après les attentats, les procureurs, juges et policiers démarrent une enquête au long cours pour retrouver des fugitifs et leurs complices en Belgique. Les investigations progressent lentement jusqu’à l’arrestation du suspect Salah Abdeslam, qui précipite les attentats de Bruxelles le 22 mars 2016.

Episode 3: “Une enquête qui fait un million de pages”

Un groupe de six juges d’instruction mène des investigations durant 4 ans, en lien avec leurs homologues en Belgique, et avec les parties civiles. Une enquête internationale, qui permet d’identifier le cerveau des attentats en Syrie. A l’arrivée : 20 accusés et un dossier d’un million de pages, qui contient tout ce qui sera débattu au procès.

Episode 4: “Ce procès n’est comparable à rien”

L’organisation du procès a débuté dès 2019 avec la décision de construire une salle spéciale, assez grande pour l’accueillir, dans le Palais de justice de l’île de la Cité à Paris. Un chantier exceptionnel pour ce procès hors-normes. Accusés, avocats, juges et victimes commencent à se préparer à ce qui les attend durant huit mois d’audience.

Episode 5: “C’est la liberté qui aura le dernier mot”

Visites de chantier, réunions de concertation, rendez-vous chez les avocats, planning d’audience, couverture médiatique : à quelques semaines du procès « V13 », tous les acteurs se mobilisent dans l’attente du jour J. Pour les victimes, l’heure de la parole, de la vérité et de la justice approche.

Des échos de la série V13 dans les médias:

Télérama (22/9) aime beaucoup (2 T): LCP propose les cinq parties de “cette remarquable et considérable série documentaire consacrée aux attentats du 13 Novembre. Les auteurs de “13 Novembre : l’audience est ouverte”, diffusé sur France 5 le 5 septembre, reviennent sur quatre ans d’enquête, de révélations, et les zones d’ombre qui subsistent.[…] Les révélations font froid ans le dos, tout comme les nombreux témoignages des juges d’instruction, policiers ou proches du dossier […] Eclairant et assez effrayant”.

Télé magazine (21/9) : “Une série documentaire à la fois pertinente et poignante”

Télé Cable sat (15/9): ” Une excellente série documentaire en cinq épisodes”

La Vie (23/9) (3 étoiles): “La construction chronologique claire de ce récit ainsi qu’une multitude de portraits-robots guident le téléspectateur”

Ouest-France (27/9: “un travail de fournis sur LCP”:  “un documentaire rondement mené, très pédagogique et éclairant sur ce procès hors norme […] À l’aide d’images d’archives, de reconstitutions mais aussi de témoignages poignants de survivants de ces attentats et des familles de victimes, les réalisateurs tentent de répondre à de nombreuses questions inscrites dans plus d’un million de pages de procédures […] Une enquête édifiante”

-Le choix télé de La Croix (27/9): “Dans cette quête de justice et de vérité, ce travail signé par Théo Ivanez et Vincent Nouzille mêle la parole de responsables politiques, d’avocats, de magistrats, de journalistes mais aussi de victimes. Tous touchés de près ou de loin, ils témoignent de ces heures qui ont marqué leur vie à tout jamais.”

-le choix télé de L’Humanité (27/9): l’implacable mécanique de l’enquête antiterroriste”: “On pouvait craindre que la multiplication des points de vue ne brouille la compréhension, mais, grâce à un travail de montage remarquable (Alex Cardon, Anne-Sophie Morel, Françoise Bernard), ces voix s’additionnent et se complètent. C’est d’ailleurs tout l’intérêt d’avoir emmené devant la caméra les acteurs majeurs de cette traque, grâce au réseau de Vincent Nouzille, journaliste d’investigation reconnu. Une série indispensable à la compréhension de cet événement qui marquera la société française pour longtemps.”

-le choix télé du Parisien (27/9) (4 étoiles et demi sur 5) “Cette série en cinq épisodes, aussi glaciale que passionnante, de Théo Ivanez et Vincent Nouzille, nous replonge dans les attentats du vendredi 13 novembre 2015. Alors que s’est ouvert le 8 septembre le plus grand procès pour terrorisme que la France ait connu, avec près de 1 800 parties civiles, 300 avocats et des médias du monde entier, les deux journalistes nous livrent une enquête XXL sur ceux qui ont tué 131 personnes et en ont blessé des milliers. […] Fort de très nombreux témoignages de victimes et de proches, de journalistes, de magistrats et de policiers, mais aussi de François Hollande, alors président de la République, ce documentaire décrypte l’effroyable machine de guerre.”